Get A Grip

« Attachez vous, ça va secouer! »
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pris sur le fait [Prio WhiteFeather]

Aller en bas 
AuteurMessage
Squalltramp
« Niké? Tu divagues mon pote! »
avatar

Nombre de messages : 128
Age : 24
Alliance : Bonesyard
Mentor/Élève : Kiaatu
Âme Soeur : Twilight /
Date d'inscription : 22/09/2008

MessageSujet: Pris sur le fait [Prio WhiteFeather]   Lun 28 Déc - 2:28

Citation :


    - Doux petit insecte qui furetâtes de branche en branches, de fleur et fleurs, à la recherche d'un peu de nectar où s'y délecter. D'où ce petit animal s'y fera... gober...!

    La plante claqua soudain, arrachant à la vie le monarque qui se débattit dans un dernier soubresaut. Jaillit des ombres un autre insecte, plus consistant. Arku arc-bouta ses huit longues pattes contre une fine branche pour approcher son minuscule corps près du cadavre, évitant d'effleurer la dionée qui semblait déjà être au courant de son action future. Tentant le tout pour le tout, l'archnide se pencha pour attraper l'aile de l'insecte entre ses deux mandibules, renvoyant son abdomen vers le haut, reculant le thorax. La plante claqua de nouveau, emportant le reste de son repas dans son gosier. Furibonde, l'araignée se mit à osciller vivement sur ses pattes.

    - Quoi! Je me donne tout ce mal pour attraper ce satané volatile pour qu'il me soit chipé des pattes, ainsi!? Ah, Dame Nature, je te maudis! Je te maudiiiiiis!...

    Il lança son corps pour bondir en direction de ce qu'il supposait être l'œsophage de la plante, quand soudain, une force supérieur arracha la fleur de sa tige, réduisant ses feuilles en miette. Elle régurgita même son papillon, que l'araignée termina entre deux coups de mandibules. Satisfaite, béate, elle se retourna en provenance du puissant coup pour apercevoir l'espace d'une seconde sa vie se dérouler devant ses yeux. Arku écarquilla les siens, paralysé. Puis, un éclat de rire familier.

    - Ha ha! Si tu voyais la tête que tu fais!
    - Toi...!
    Squalltramp retomba sur quatre pattes, bomba le torse et renvoya sa tête vers l'arrière pour arborer un sourire en coin malicieux.
    - Espèce de --
    - Hô, pas d'insultes. J't'ai quand même rendu ton repas, non? On est quittes! ~
    L'araignée se redressa convenablement, pliant légèrement son corps vers l'avant, boudeuse.
    - Bon.
    - Voilà! Maintenant fais risette à tonton Squallie!
    - ... Que-Quoi? Non mais eh, n'en abuse pas, tout de même!

    - Oh que si, que j'en abuse! Ha ha ha!
    Arku dut bien se résoudre à céder aux rigolades de son amis, abandonnant son air revêche et boudeur pour quelque chose d'un peu plus libre. Gamin, presque. Il se laissa tomber de sa branche pour s'arrêter dans les airs, et marcher à la verticale sur une toile qu'il avait préparé au préalable.
    - Alors... Tu t'entraînes?

    Squall méditait sur le sol, les quatre fers en l'air, les yeux rivés dans le néant. Lorsque son ami l'interpela, il tressauta.

    - Eh bien, pas le choix... Avec ce qui s'annonce, je n'ai pas le choix d'être prêt! Enfin tu vois, quoi. Même Rugart a senti quelque chose ne tournait pas rond côté Oakbell. Et depuis que j'ai été consigné Gardien Attitré de Toutes les Frontières de Bonesyard Et Ce Pour L'Éternité and Beyond ( se permit-t-il d'ajouter dans une voix fausset ), j'ai pas quitté les terres depuis la St Glinglin. Ce qui tourne en fait sur la même question: Alors mec, qu'est-ce qui c'est passé lorsque tu n'étais pas à Oakbell? Puisque tous les loups sont maintenant ici... Oh mais j'suis bête, tiens! Pas penser aux Dingois, moi! Eh bah! Des chiens galeux, ce n'est rien, enfin!
    Squall montra les crocs, se redressant non pas sur ses pattes, mais sur ses épaules, au niveau de sa clavicule, pour envoyer un violent coup de patte dans les airs, pile à la verticale.

    - Je n'arrive pas à croire que ces imbéciles soient aussi naïfs! Squall tourna deux yeux énervés dans les six de l'anthropode. Tu les as vu comme moi, comme Ruggie, comme Midna! Ces Dingos-là n'ont rien à voir avec ceux d'autrefois. Ceux-ci sont plus ... Je ne sais pas. Je ne sais pas expliquer...

    - Différents?

    - Un peu qu'ils sont différents! Mais c'est pas le mot que je cherche...
    Arku croisa deux de ses pattes, lui aussi songeur.

    - Eh bien alors?

    - Je ne sais pas!... Je sais seulement que leurs regards ne sont plus les mêmes: Les dingos furent autrefois des animaux sans défenses, enfin, des canidés quoi, vivant en parfaite harmonie avec les autres meutes! Ce sont les créateurs même de la paix! Je ne vois pas comment... Comment ils... Comment ils sont devenus comme ça... Hah! Ils sont devenus WACKOS! Complètement wackos!

    - Ahh, les dingos. C'est Alterre, ça, hein?

    - Ouais, Haltie, comme on l'appelait lorsqu'on entraînait des gosses sur ses terres... Ah! Ah, justement, j'y venais! Sais-tu le pire de toute cette histoire?

    - Pas vraiment, mais j'imagine que tu vas me le dire.

    - Ouais! Écoute-moi. Les wackos-- les dingos, pardon. Les dingos, rien à fiche qu'ils se baladent. Ils ont le plein droit de faire ça. Mais y a un truc: Si ils ont réellement changé et qu'ils ne donnent pas de nouvelles depuis quelques lustres, c'est parce-que quelque chose se trame. Et ce quelque chose là va
    1. Ou ralentir les initiés
    ou 2. être mauvais pour nous tous.
    Haraïk - que la grande Louve ait son âme, n'a jamais sous estimé ses ennemis. Moi non plus! Et où est-ce qu'il a fini?...


    Arku déglutit, tournant les yeux, légèrement honteux.

    - Je... enfin, tu comprends quoi... Désolé.
    - Je ne veux pas de ta pitié.

    - Pardon?

    - Tu m'as entendu, Arku. fit Squalltramp, plus fort. J'veux pas de ta pitié. Si il t'entendait, il t'en collerait une!
    - Ha! Tu vas maintenant me faire croire à tes spéculations sur lesquelles les "fantômes" ou les "spectres" possèdent des médiums de communication? Grandis un peu!

    Squalltramp se hérissa, se relevant sur le sol, assis.
    - T'es fada ou quoi, Ark? Évidemment qu'ils peuvent nous communiquer!
    L'araignée s'écrasa sur le sol, gonflant ses poils, arquant ses pattes.
    - Ha! Et comment, dis moi? Voie aérienne? 888-Terre? Coup de fil, PEUT-ÊTRE!?
    - ...Par les styles. Les styles de combat.

    Squalltramp, assis, avait levé ses deux pattes qu'il avait approché près de son cœur, avant de se redresser vivement sur ses quatre: Tout son corps bascula vers l'avant, sa queue, droite, perpendiculaire au sol. Il rentra légèrement sa tête dans son poitrail, avant d'enfoncer deux pattes dans les profondeurs du sol pour plus de stabilité. Il avait tout l'air d'une araignée, prostré ainsi... Arku s'offusqua à le voir réagir de la sorte.

    - Tu oses poser contre moi, Squall? C'est la meilleure!
    - J'ai l'air de plaisanter? J'vais te prouver ce que je dis. Un p'tit combat, ça te dit, vieil ami?
    - Enfin, regarde-moi! Je suis à peine plus grand que ta griffe! Je ne suis pas... Pas assez consistant pour servir de pantin à ton style!
    - Je n'ai pas besoin de consistance, miraculeusement, je sais improviser.

    Il haussa un sourcil provocant, ce qui fit fulminer l'Araignée, qui tourbillonnait au dessus de ses pattes comme une girouette.
    - Ha! Soit! Si c'est ce à quoi tu tiens...
    Arku bondit sur une plus haute branche, pliée sur six pattes, laissant les deux dernières effiler sa longue toile qui prit rapidement plus d'ampleur.
    - Je n'arrive pas à croire que je vais enfin pouvoir t'écraser toi, toi et ta grand-gueule, contre le sol, une bonne fois pour toutes!
    Les oreilles dans le cran, le canidé rétorqua du tac au tac.
    - Relax-max, mec-o. J'veux pas qu'on se dézingue, j'veux te montrer l'existence de voix supérieures, ces fantômes, ces spectres...
    - Au risque de me répéter, tu ne me feras certainement pas croire que tu communiques avec ton fils via le combat. ... Bah, on ne pourra pas dire que je ne t'aurais pas prévenu!
    - Qu'est ce que tu racontes... grommela Squalltramp entre ses crocs.


    L'araignée faucheuse se plia sur ses pattes, avant de bondir au dessus du loup pour préparer ses épines. Squall se déroba de son emprise d'un vif écart sur le côté, laissant ses deux pattes arrières trainant sur le sol. Puis, il aboya: Ce signe marquait le début du combat. Quittant le sol à son tour, l'impact de ses pattes firent tournoyer une nuée de feuilles sur le sol, se soulevant, seules témoins de la scène qui allait suivre. L'araignée rencontra le sol brusquement, pour s'engager vers les airs une nouvelle fois. Elle éloigna vivement ses pattes pour resserrer la corde dans ces-dernières, saisissant de plein fouet le loup qui se retrouva sur le sol, la corde au cou. Il se débattit avec verve, fixant dans les six yeux de l'arachnide une lueur diabolique. Comme dernier soubresaut de liberté, Squall se contorsionna sur trois de ses pattes pour tourner vivement et faire tomber à la renverse l'insecte, mais sa tentative échoua, tant qu'il ressentit la corde l'enserrer, l'étrangler. Il perdit souffle un moment, mais il n'abandonna pas. Au contraire, plus il se débattait, plus il entendait son cœur battre la chamade. Mais au lieu de quoi, ses yeux s'écarquillèrent, opaques, changeant soudain du bleu au rouge. Il clôt les yeux un moment, s'arrêtant de bouger, comme s'était mort. Mais ce ne fut pas le cas. Le vent eut à peine le temps de siffler qu'une bourrasque de terre se se souleva autour des deux êtres. Squall envoya de plein fouet sa patte en direction de l'Araignée qui tenta de l'éviter en vain, retombant contre le sol, sa toile, misérablement attachée au cou du canidé. Ce dernier c'était levé entre temps, inspirant profondément, puis, il se secoua comme un damné pour se débarrasser de la corde. Là, il retroussa les babines, planta ses deux antérieurs dans le sol pour hérissé son échine haute au dessus de lui, tirant une moue indicible. Arku s'entendit déglutir, battant de ses huit pattes dans la terre pour se dégager des ficelles mortelles qui le maintenaient éjà comme un pantin. Sans crier gare, le loup avait quitté la terre pour effectuer un prestigieux bond au dessus de l'arachnide, vrillant sur lui même pour lui asséner un violent coup au niveau du céphalo-thorax.

    On put discerner l'écho de l'image d'un puma recevant un coup de patte derrière la tête, pile au niveau du cervelet. Arku chut sur le sol, se retournant sur ses pattes pour contracter son sphincter et libérer sa toile, toile qui entoura une des pattes du mammifère qui n'y prête pas attention. Arku bondit sur une feuilles, tirant violemment sur le fil pour faire tomber l'énergumène. Ce qu'il fit. Squall trébucha sur la fine toile, mais au lieu de s'affaler de tout son long, il se réceptionna sur une patte, effectuant une roue furtive au dessus de l'insecte qui écarquilla tout grand ses yeux, ayant un vif mouvement de recul. Il se retrouva, quelques secondes plus tard, assommé contre un arbre. Mais il n'avait pas dit son dernier mot, ça non! Squall souffla comme un buffle enragé, secouant tout son corps pour reprendre une position. Cette fois-ci, elle se vit plus nette, plus accentuée. Lorsqu'Arku sortit de sa léthargie soudaine, il hoqueta de stupeur. Ses yeux! Ils n'étaient plus les mêmes! Ils étaient redevenus rouges. Rouges de sang, rouges de haine, homologues à ses tatouages qui, au lieu de ressembler à ce à quoi ressemblait le vent selon eux, prenait plutôt les traits huileux de taches de sang. L'araignée tituba sur ses huit pattes, mais elle ne dit pas son dernier mot. Après tout, c'était elle- lui - qui avait enseigné à ce jeunot les lois de son espèce, les raisons d'un tel mouvement. Squall avança d'un pas. On aurait dit qu'un corps imaginaire, lui rajoutant d'autres pattes, s'était formé à ce moment là. Hébétée, l'Araignée ne se laissa pas distraire bien longtemps: Il crissa de ses mandibules, leva son abdomen, se hissant haut sur ses longues, très longues échasses, avant de filer du bout de celles-ci une autre corde, certainement plus résistante que la première, laquelle il se servirait pour taire les pulsions meurtrières de son élève. N'empêche, il avait réussi à lui prouver son point de vue: Squalltramp ne ressemblait plus à l'heureux gaillard de jadis, mais à une bête que trop peu civilisée... Ou presque. Tous ses gestes semblaient calculés. Arku tressauta en se rendant compte que la seconde " araignée " avait fait un autre pas - six, pour être plus précis - et commençait peu à peu à creuser dans ses traits canins la ressemblance d'un autre antrhopode. Arku se surprit même à halluciner un autre de ses semblables, plus grand plus large. Il reprit du poil de la bête pourtant enserrant son fil à ce qui semblait être sa taille, l'attachant à une branche, et se laissa tomber de la vide pour s'attaquer directement au loup, qui, recroquevillé, ne laissait aucune brèche dans sa posture. Squalltramp se mit à courir, slalomant autour des autres obstacles pour bondir, plantant ses deux postérieurs dans le sol, ratant de près la minuscule araignée qui se balançait de branches en branches. Debout sur deux pattes, le canin fit volte-face, ses yeux écarlates flamboyants, auxquelles les pupilles, minuscules, scrutait chaque arbre pour retrouver son adversaire. Il ne le trouva que trop tard, ses pattes fauchées par une corde qui le fit tomber à la renverse. Squall claqua ses mâchoires, retombant face la première dans la petite fissure que l'impact de ses deux pattes avait creusé dans le sol. S'il s'était battu contre quelque chose de plus consistant, peut-être lui aurait-t-il broyé les omoplates?... Arku se raidit à cette pensées, filant comme un fou sur le dos du loup qui s'asticotait sur le sol.

    Déjà vu, il bondit sur son poitrail, renvoyant le loup à la renverse, sur le dos, pour retenir les deux extrémités de sa corde en enserrant la gorge de celui-ci. Arku serra fortement, mais pas assez pour l'étrangler. Il était revenu à ses sens, alors que plus tôt, il aurait pu lui obstruer la trachée facilement. Squalltramp regardait par dessus son épaules, ses yeux injectés de sang, avant que lui aussi ne retrouve sa conscience. Le vermeil de ses yeux, palpant,
    eut tôt fait de retrouver sa pigmentation originelle, soit le bleu.
    Squall fut saisi d'un court soubresaut qui le força à se lever à demi alors qu'il s'assied sur le sol, sentant une douleur fixe dans sa nuque. Intrigué, il plia une oreille sur le côté.

    - Niké?...
    - Ah, désolé, j'ai oublié de l'enlever! glissa soudain Arku en défaisant le nœud coulant du cou de ce qui semblait son ami. Squalltramp secoua doucement sa tête, ses muscles se détendirent, alors qu'il senti soudain un choc fulgurant au niveau des pattes.

    - Kestumasfait, idiot?... Si tu m'as empoisonné, je t'écrapou sur le sol. T'es fixé, niké. O_ô
    - Ahh!... paniqua l'interlocuteur, comme s'était effrayé à l'idée de se retrouver en bouillie alors qu'il venait tout juste de s'entraîner contre lui. Il ajouta tout de même, un peu endormi: Non, non, c'est rien! Tu t'es éraflé sur l'écorce, c'est tout.
    - T'as bien de la chance que -- La vache... Le mal de tête que j'me suis choppé... x_ô
    - T'es tombé dans une colère rou-- il se rattrapa: euh, dans une colère noire. Ouais. Voilà. Noire. Pas rouge, héhé...

    Squalltramp dressa soudain ses oreilles, bondissant sur pieds presque instantanément.
    - Oh! Alors ça a marché? T'as vu, non? Les fantômes, des êtres supérieurs lorsqu'on utilise un style...?
    - J'ai cru voir une araignée quand tu as posé avant d'at... d'attaquer, ouais.
    - Alors, c'tait géant?
    - Elle était énorme et elle allait me bouffer.
    - Ha! Alors tu admets!
    - Admettre quoi, crétin?
    La tension disparut entre eux deux, laissant les vestiges d'un combat où le sang n'eut pas coulé sur le sol.

    - Ben admettre que j'avais raison, voilà! fit soudain Squalltramp, bombant le torse. L'araignée bondit sur une branche à proximité, levant les yeux au ciel.
    - N'importe quoi.
    - T'as vu une araignée! Ça veut dire que je maîtrise mon style! Et que des spectres me guidaient!
    - Tu divagues complètement, Squalltramp. Personne ne te guidait. T'es parfaitement conscient, t'évitais mes attaques. Si tu avais morflé, peut-être que je penserais autrement. Après tout, tes spectres, ils ne doivent pas avoir un QI super développé, hein?
    - Non! Non. Regardes, je... Je me souviens de rien! J'ai raison, non!
    - Paaaas du tout.
    - Mais si! Ah!
    S'en suivirent d'un peu d'ironie, de questions, d'hilarité et de quelques rires moqueurs, avant que les deux amis ne retombent sur le sol, complètement exténués. Quelques minutes s'étaient enfuis sans que l'un de l'autre ne bouge, complètement paralysé.
    - Je suis con.
    - T'es pas seul.


    - J'pourrai pas refaire de corde avant au moins trois jours.
    - Si y a quelqu'un qui s'ballade près d'ici et qui s'avère mauvais, j'serai mal barré.
    - Il nous reste quelque chose, au moins, non?
    - Les cordes restantes?
    - Non. Oui...Mais c'est pas ce que j'voulais dire.
    - Alors quoi?... o_ô
    - Bah, il nous reste au moins quelque chose, à nous deux, j'veux dire.
    - Ah. Le bluff tu veux dire.
    - Exact.
    Quelques autres secondes s'écoulèrent. Un bruissement. Une odeur? Non. cette odeur devait être là depuis déjà un bon moment. Squall tressaillit, couchant ses oreilles, pivotant très lentement sur ses pattes pour se lever sur ses quatre. Il haussa un sourcil.
    - Ouaip. J'crois qu'on est mal barrés. lâcha-t-il d'un souffle, fixant de deux grands yeux hagards la silhouette qui se libérait des boisés.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://getagrip.jdrforum.com
Soupir
« Hmppph... »


Nombre de messages : 269
Age : 24
Alliance : Bonesyard / Aucune
Mentor/Élève : Sulbau / ...
Âme Soeur : Gahnius / ...
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Re: Pris sur le fait [Prio WhiteFeather]   Lun 28 Déc - 2:53

    Une silhouette s’avançait, délicatement, posant lentement ses pattes sur la terre, son allure ressemblait plus à une apparition qu’autre chose. Ses yeux, d’un bleu clair tirant sur le gris, scrutèrent l’horizon, à la recherche d’une quelconque présence, mais il n’y avait pas grand monde dans les parages, du moins à première vue. Car, la femelle leva ses oreilles, bien droites, et huma l’air. Si, il y avait bien quelqu’un. Et l’odeur vint à envahir sa cavité nasale, et elle frémit. Et ce n’était pas n’importe quoi, n’importe qui, c’était un loup, un mâle d’après l’odeur plus prononcée. Elle tourna sa tête à droite, puis à gauche, vérifiant que personne ne pourrait la suivre dans sa future quête. Bien, elle commença alors à dévaler une petite pente, et cachée parmi quelques arbustes, elle passa aussi légère qu’un courant d’air. Ses grosses pattes étaient parfaites pour la ralentir dans sa descente, sans faire le moindre bruit, et derrière elle, sa queue suivait de balançant de droite à gauche. Elle était élégante, cette panthère, comme la plupart de ses congénères, pourtant, elle l’était encore plus, elle s’approchait non pas de la grâce d’un félin, mais de la souplesse, presque aérienne, d’un oiseau, un grand oiseau. Elancée, la
    femelle continua à marcher, suivant cette trace olfactive qui l’intéressait, qui l’intriguait depuis très longtemps. Les loups, si il y avait bien un animal qui fascinait la panthère c’était bien ces loups, ils étaient si … Tolérants, si solidaires entre eux, enfin, d’après ce qu’avait vu la panthère, après tout, ils avaient certainement leurs mauvais côtés, eux aussi. Mais la femelle n’y pensa pas, elle ne voulait pas y penser, elle ne souhaitait pas toucher à l’image parfaite qui flottait dans son esprit, dans une promesse qu’elle devait tenir. Cette promesse qu’elle avait faite sur le lit de mort de son aîné. C’était ainsi, et elle ne reviendrait jamais sur sa décision, ou plutôt sur la décision de son frère. Une promesse est une promesse, quoi qu’elle advienne.

    L’odeur s’amplifia alors. Un futile sourire s’installa sur le visage bien mystérieux de la panthère. Cette panthère au regard étrangement attirant, celle dont le nom était liée à sa qualité. Une qualité qui la liait, non pas avec les loups, mais avec les cygnes. Whitefeather, une plume si pure, si blanche, qui s’envole s’échappe facilement, mais qui peut aussi très bien pour crever un œil.

    Alertée, la femelle bondit pour pouvoir arriver non loin de la scène qui se déroulait. Sa cachette était plutôt pas mal. Quelques buissons, et surtout des peupliers qui lui donnait de l’ombre et donc de la tranquillité. Là, devant elle, se tenait un loup. Il parlait… Tout seul ? Whitefeather souleva un sourcil, surprise, mais en suivant du regard le loup, elle réussit à voir, grâce à ses yeux perçant, un petite silhouette, mais vraiment très petite. Une deux, trois … six, sept, huit ! Huit pattes, c’était une araignée, et les deux semblaient être plutôt proches, de bons amis. Alors, fascinée par une telle amitié, la panthère se coucha dans les buissons, et laissant ses yeux dans deux trous, elle observa. C’était ce qu’elle savait le mieux faire. Parlementer et combattre aussi, mais elle aimait moins. Ses grands yeux étaient aussi étincelants que ceux de jeunes. C’est alors que la scène, plutôt paisible, se transforma peu à peu en combat. Sans que Feather puisse tout comprendre, les deux animaux se retrouvèrent face à face, près à combattre, ce que trouva la femelle réellement, surprenant. Une araignée face à un loup, elle n’avait aucune chance ! Pourtant, la panthère fut encore plus surprise de voir le solide fil de l’arachnide étouffer de peu le mâle. Le loup brun semblait être un guerrier aguerri, et son style était unique, comme l’étaient chacun des styles. Il voltigeait, et sautillait. Quel animal était donc lié à ce mâle … Feather cherchait, et continuait à observer la scène, incroyable, à ses yeux. Et puis, les yeux, auparavant bleus du mâle, devinrent petit à petit bien plus … Sanglants. Un rouge vif fit frissonner la panthère cachée. Et c’est à ce moment que le combat s’accéléra. L’araignée commença peut-être à paniquer, pourtant, elle réussi à nouveau à le faire trébucher, bien que celui-ci se rattrapa. Et s’en souvit de nombreuses acrobaties. Mais une seule retint l’attention de la panthère. A un moment précis, le loup, alors élancé, commença à s’abattre sur son ami, et apparu toujours de la silhouette canine quatre pattes, comme ajoutées, et des sortes de mandibules. Le plus surprenant fut certainement le regard qu’il tenait, rouge vif, et comme encerclé par d’autres yeux, il était là, tel une araignée. Alors, Feather sourit, son style de combat était celui de l’araignée, cela n’en faisait aucun doute. Elle l’avait bien analysé, et il était difficile, mais surprenant, et surtout complètement différent du sien. En même temps, une araignée et un cygne c’est quelque peu … différent. Puis, vint la fin du combat, le loup semblait être fatigué, et son ami de même, il détendirent l’atmosphère par quelques rires. Feather n’entendait que quelques mots de la conversation, ce n’était pas du tout poli de faire cela, mais elle n’en avait pas conscience, et puis, elle observait les loups depuis tellement longtemps. Et l’idée d’en rencontrer un, face à face, ne lui avait jamais effleuré l’esprit, jamais.

    « Ouaip. J'crois qu'on est mal barrés » déclara sur un ton essoufflé le loup brun. Et le regard cristallin du mâle vint à s’abattre sur la cachette de la panthère. Elle était repérée ! Devait-elle fuir ? A vrai dire, elle savait qu’elle ne risquait pas grand-chose vu leur état, mais en même temps, elle n’osait pas aller à l’encontre d’un loup … Nerveuse, elle frissonna, et alors, elle se dit, pour la première fois, que rencontrer un loup ne serait pas une mauvaise idée, non ?
    Qu’en penses-tu Kahy ? Dois-je aller voir cet étranger ? Une brise caressa son pelage, la poussant, d’une certaine façon. Alors, elle sourit. Et, bien que légèrement excitée à l’intérieur, elle releva sa tête, lentement, très lentement, pour la sortir du buisson, puis se dépliant son corps craqua légèrement. Dorénavant elle était assise, et les bosquets trop petits ne pouvaient plus rien pour elle. Whitefeather, d’un air doux, arpenta le regard méfiant du loup. Et puis, délicatement, elle leva sa patte, s’en suivit les autres, et elle sortit complètement de l’ombre. Il faisait beau, et la lumière du jour vint à révéler l’entière silhouette de la femelle, sa fourrure grise luisait au soleil, et son regard clairs était reposant, ses lèvres collées l’une contre l’autre ne se mouvèrent point. Puis, fixant les deux animaux, elle baissa sa tête, un instant, quelque peu honteuse de les avoir observé sans leur consentement. Feather redressa sa tête quelques secondes plus tard, ne pouvant laisser son regard trop longtemps posé loin de la silhouette canine qui la fascinait. A vrai dire, elle ne savait que dire, alors elle ne déclara rien du tout, laissant son expression de neutralité remporter le premier prix. On pouvait sentir dans son regard, une grande part de mystère, et puis, son tatouage montrait fière sa grande conviction pour sa promesse, celle qu’elle avait faite. Calme, quoique légèrement nerveuse dans le fond, Whitefeather admira le pourquoi du comment de sa vie, ou presque.

_________________
~ « Vas donc voir ailleurs si j'y suis. Tss, aucun respect pour les anciens ! » - Soupir

« Moi ? Je ne vis que pour une seule chose. Une promesse » ~ Whitefeather

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pris sur le fait [Prio WhiteFeather]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combat de Ouaf Ouaf....
» Un voleur pris sur le fait
» Pourquoi la viande fait elle de l'eau ??
» Freinage qui fait clac clac clac
» [AIDE] Desire a pris l'eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Get A Grip :: Les Terres d'Ays :: Bonesyard :: La Forêt :: L'Étang-
Sauter vers: