Get A Grip

« Attachez vous, ça va secouer! »
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dodger [Bonesyard]

Aller en bas 
AuteurMessage
Dodger



Féminin
Nombre de messages : 60
Age : 24
Date d'inscription : 22/09/2008

MessageSujet: Dodger [Bonesyard]   Ven 28 Aoû - 18:22

[I.D.E.N.T.I.F.I.C.A.T.I.O.N]




    » Nom : Dodger
    » Surnom : Dodg, Do, Nowhere
    » Sexe : Mâle
    » Âge : Cinq mois
    » Taille : Taille d’un loupiot moyen
    » Race : Loup
    » Alliance : Bonesyard
    » Rang : Loupiot
    » Famille : Il a un frère et deux sœurs, desquels il a été séparé suite à la mort de ses parents.


[C.O.M.B.A.T]


    » Style de combat :
    » Tatouages :
    » Mentor(s) :


[P.H.Y.S.I.Q.U.E]



    » Voix : Luci Christian
    » Particularitées :Ses longues mèches pâles, plutôt que de retomber devant ses yeux, se redressent sur sa tête à la première occasion, ce que Dodger ne se prive pas d’exploiter en y passant bien – trop – souvent les pattes et en secouant violemment la tête. Cette dernière manie est devenue une mauvaise habitude. De plus, l’extrémité de sa langue a été tranchée dans une violente collision avec son frère. Puisqu’elle se trouvait entre ses crocs à l’instant précis de l’impact, il se l’est lui-même fauché et, depuis, il zozote.


» Description : Dodger ne dépasse ses confrères loupiots ni en masse ni en taille, et ne leur diffère réellement que par sa manière particulière de parler. Ni grand, ni petit, il tente toutefois de se grandir en hérissant constamment sa crinière et la fourrure de son dos, tendance qui lui a souvent value d’être rabroué par un adulte, puisqu’il donne constamment l’illusion d’être prêt à la bataille. A cinq mois, il a perdu l’aspect pataud des premières semaines, sans pour autant ressembler encore à un louvart. Ses pattes qui commencent à s’allonger et son ventre qui dégonfle à vue d’œil lui donnent un aspect étrange qu’il n’apprécie point, mais il conserve la maladresse et la démarche raide de ses plus jeunes semaines, au pas tout du moins … Dodger, étrangement, ne ressemble ni à sa mère, ni à son père. Même le reste de la fratrie, très honnêtement, ne lui ressemble que très peu. Alors que son frère et l’une de ses sœurs passaient pour des jumeaux, sa seconde sœur, elle, ressemblait à s’y méprendre à sa mère, et lui … à personne! D’où son surnom : « Nowhere ». Celui qui vient de nulle part. Plus jeune, il s’amusait de ce surnom attribué à sa fourrure, beaucoup plus sombre que celle du reste de sa famille. À présent, il ne le supporte plus, car il commence à comprendre les commentaires désobligeants des plus adultes, et refuse tout bonnement de considérer l’éventualité d’avoir été adopté alors que ses yeux ne s’ouvraient pas encore. Et ce, malgré les évidences …

Sa livrée faite d’un brun très sombre n’est que peu détaillée, et les quelques marques qui la composent sont aussi simples que peu nombreuses, et la principale étant bien la raie presque noire qui s’étend de son museau à la mi-queue environ. Cette raie s’élargit au niveau de l’encolure, afin de devenir une collerette isolant la tête du poitrail et noircissant sa gorge jusqu’à bien bas. Il est à noter que, même si la différence est mineure, la raie pâlit sur le dos, et reprend sa couleur originelle en atteignant la croupe. Les seuls détails de la queue étant l’extrémité épineuse de cette même longue marque. Son style tricolore se complète par un ventre éclairci, une marque qui s'étend du poitril à la base de la queue et lui fait un fessier semblable à celui des cerfs, et des oreilles qui adoptent partiellement la même couleur. De même, ses yeux sont soulignés d’un dard qui, sur le sombre de sa livrée, parait presque blond. Sa paupière, par contre, est presque noire. Son museau, l’intérieur de ses oreilles ainsi que ses coussinets sont bordeaux. Ses yeux, sans déteindre complètement, changent la mise en offrant un curieux mélange de bleu et de gris, qui lui donne aisément un air triste ou mélancolique qui a tendance à attirer la sympathie des gens… Même s’il est loin d’être porté vers ce genre d’attitude!


[P.S.Y.C.H.O.L.O.G.I.E]


    » Phrases types :
    « Zi on ne peut point mordre, on ne grogne point. »
    « Caramba! »
    « Il me fait mal, ze lui fait très mal, z'est tout! »
    Terminer ses phrases par «z'est tout»

    » Aime : Les trucs étranges qu’il ne connaît pas, les loupiots qui acceptent de se joindre à ses jeux (et de supporter son autorité), jouer des farces (tout particulièrement faire peur aux proies des chausseurs de la meute, même s’il est toujours puni après), fantasmer sur des vengeances concernant ceux qu’il n’aime pas, dresser une liste de «méchants» et chercher une manière de leur nuire. Parler avec les rats, les campagnols, les ratons, les lièvres … etc?
    » Aime pas : Qu’on lui fasse remarquer qu’il zozote, qu’on lui nuise, qu’on l’empêche de faire ce qu’il veut, qu’on le prenne de haut, qu’on se moque de lui, qu’on sous-entende qu’il ait été adopté …
    » En trois mots : Indépendant – Insouciant - Rancunier


» Description :Le principal trait de caractère de Dodger demeure sans conteste son incomparable refus de toute supériorité. Lorsqu’on lui donne un ordre, s’il l’exécute, ce sera parce qu’il y sera sérieusement forcé et, dans un tel cas, il cherchera toujours une éventuelle vengeance, vengeance souvent absolument pas justifiée et plus cruelle que ne l’avait été l’offense de départ. Ce manque de docilité venant de l’absence de son frère et de ses sœurs à ses côtés, car étant plus jeunes, la fratrie avait pris l’habitude de délibérer avant de décider de s’ils obéissaient ou non à un ordre. À présent, Dodger refuse systématiquement toute demande adressée par un adulte – il met tous les grands loups et les grandes louves dans le même bateau – car il ne peut tout simplement pas se décider à réfléchir au pour et au contre sans la présence de ses éternels compagnons. À vrai dire, il craint leur absence, la fratrie ayant toujours agit comme un rempart et un soutien psychologique, et ils se faisaient du bien les uns aux autres. Cette indécision, cette crainte de l’erreur s’est rapidement mutée en un comportement rebelle que les coups et les cris ne parviennent pas à dompter. Par contre, ceux qui savent garder leur calme et adopter une attitude douce parviennent toujours à le déstabiliser. Il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit que d’un louveteau. Il existe toujours moyen de se le mettre dans la poche. Suffit de trouver lequel … Toutefois, gare à ceux qui ne savent s’y prendre, et qui se mettent autant à hurler qu’à frapper, car il a une excellente mémoire, en particulier lorsqu’il s’agit de sa liste de « personnes dont il doit se venger ». Et si il ne représente pas une menace considérable pour le moment, le fait qu’il soit tout particulièrement rancunier en fait un individu de plus en plus dangereux à mesure qu’il grandit, d’autant plus qu’il n’est pas mature, et qu’il peine encore à différencier le bien du mal. Aussi, se venger d’un ordre qu’il aurait été forcé de suivre par un vilain coup de croc à la gorge lui semble tout à fait justifié et correcte. Mais, en attendant d’être capable de se venger de la sorte, il se contente de mauvaises farces mineures, mais toutes destinées à nuire : vol, bris pièges, tout y passe. Il peut même aller jusqu’à inventer les mensonges les plus dégradants pour parvenir à ses fins, et ce, sans remords. Son sens très inhabituel de la justice lui interdisant, de ce fait, de laisser commettre une injustice lorsqu’il en est témoin : un louveteau, un petit animal, ou alors même un loup adulte pourrait très bien bénéficier de son aide inespérée – et franchement inutile – dans une situation qui pourrait lui apparaître comme étant incorrecte. Le pire n’ayant toutefois pas été dit, il est important de considérer que cette partie de «qui sera le plus fort, qui fera le plus mal à l’autre» est une vrai partie de plaisir à ses yeux : un passe-temps, une distraction à laquelle il s’adonne de bon cœur, en ignorant quel genre de caractère, quel genre d’avenir jouer de la sorte pourrait lui attirer. Il est, à ce niveau, très insouciant et naïf, car il ne réalise ni le mal qu’il cause, ni les conséquences qui risquent de s’ensuivre.

Sevré de force par la mort de ses parents et l’absence de sa fratrie bien-aimée, Dodger est rapidement devenu «indépendant». Il refuse l’aide qu’on lui propose de trop bon cœur, mais n’hésite pas à se servir lorsqu’il n’y est pas invité. Encore incapable de chasser – autant à cause du manque de technique que de la relation privilégiée qu’il entretient avec les seules proies à sa merci – il préfère subsister en causant du tord à ceux qu’il n’aime pas, ou alors, se voir offrir son repas avec respect et adoration, comme un chef de meute se voit offrir les trophées d’une chasse de groupe, qu’il engloutira sans remords jusqu’à ce que sa faim soit comblée. Cette seconde éventualité étant aussi rare qu’improbable, il ne s’attend jamais à ce genre d’attention et, plutôt que d’accepter la charité des hypocrites – sauf de ceux qu’il aime bien – il préfère se débrouiller au dépend des ressources des autres.

Malgré tout, il est muni de la même capacité à socialiser que la majorité des loupiots : l’attrait du jeu l’attire derechef vers ceux de son âge, même s’ils ne sont pas aussi biens que sa fratrie, et il se fait rapidement amis de ceux qu’il rencontre, tant qu’on ne conteste pas son autorité. Il est même capable de sympathiser avec un adulte, mais cela est plus rare, car il a tendance à juger au premier regard, et à se tenir à sa première impression. Il se fie aussi beaucoup à l’avis de ses compagnons d’infortune : les rongeurs, ainsi qu’aux oiseaux, pour se forger un opinion. Même s’il ne discute jamais avec les volatiles, il porte souvent attention à leur présence lorsqu’il fait une nouvelle rencontre, et se méfie derechef s’ils s’envolent à tire d’aile. Enfin, il est très instinctif et, malgré une intelligence qui lui permet de piéger ceux qu’il n’aime pas, il ne prend pas souvent la peine de réfléchir, encore moins celle d’écouter l’avis des autres. Même ses plus proches amis n’arrivent que rarement à lui faire entendre raison lorsqu’il est lancé aux trousses de l’un de ses objectifs particuliers…

_________________


Dernière édition par Dodger le Lun 31 Aoû - 3:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dodger



Féminin
Nombre de messages : 60
Age : 24
Date d'inscription : 22/09/2008

MessageSujet: Re: Dodger [Bonesyard]   Sam 29 Aoû - 18:39

[C.H.R.O.N.O.L.O.G.I.E]


    ° Il naît dans des circonstances floues. Ses parents affirment qu’il est bien leur fils, mais la naissance de quatre loupiots tous bien portants épate, d’autant plus que le prétendu dernier né ne ressemble ni aux autres ni aux heureux parents …
    ° Dodger ouvre les yeux pour la première fois sur une louvarde au pelage sable – sa sœur – à laquelle il s’attache tout particulièrement puisqu’elle est la première avec laquelle il entretient un contact visuel. Il découvre ensuite son frère et sa seconde sœur, puis sa mère, et enfin, son père. Pendant les premières semaines, ils demeurent tous ensemble, et même leur père ne s’absente que pour chasser, et passe le reste du temps à les éduquer ou à jouer avec eux.
    ° Âgée de deux mois, la fratrie se fait plus indépendante, et ils commencent à explorer leur territoire avec une passion remarquable. Pas vraiment familiers avec la notion de proie et de prédateur, ils s’entichent de divers animaux sauvages qui deviennent leurs compagnons de jeu. Ils parviennent momentanément à gagner la confiance d’un jeune faon aussi craintif que prétentieux, mais finissent par l’effrayer en jouant trop brutalement avec lui.
    ° Leur amitié avec un ourson tourne au drame lorsque la mère ourse les surprend, en train de sommeiller blottis contre leur nouvel ami. Les louveteaux, effrayés, fuirent et furent sauvés de justesse par l’intervention de leur bon père, qui y laissa la vie. C’est lors de cette escapade que Dodger, faisant un faux pas, trébucha et reçut violemment l’arrière train de son frère sur le menton, se tranchant ou bout de langue.
    ° Leur mère meurt avant même que la blessure de Dodger ait achevé de guérir, et les louveteaux se retrouvent livrés à eux-mêmes. Des louves nourricières acceptent de s’occuper d’eux, mais les garder ensemble s’avéra impossible. Dodger fut attribué à un couple dont les petits avaient péris d’une maladie foudroyante. Bien vite, son incapacité à accepter l’autorité énerva le mâle, et leur relation se détériora à vue d’œil.
    ° Dodger passe un mois avec eux, avant de fuguer et de se diriger au hasard, dans l’espoir dque sa route croise celle de sa fratrie. Il atterrit finalement à Bonesyard, affaiblit et affamé, et se joint à la meute en tant qu’orphelin.





    Une louve peut avoir combien de louveteaux par portée ?: 1 à 3
    Comment fonctionnent les combats ?: Avec des dés (Boouhou x_x)
    Combien de fois un entraîneur recommence-t-il ses épreuves au minimum?: 3 fois
    Preuve irréfutable que vous avez lu le règlement:Auto-validé!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aquafina
« Joiie-hahaha! »


Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 22
Alliance : Bonesyard
Date d'inscription : 22/09/2008

MessageSujet: Re: Dodger [Bonesyard]   Lun 31 Aoû - 4:15

    Bah parfait hein o_o Valideey <3

_________________

Jooooooooooooie (L) ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dodger [Bonesyard]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dodger [Bonesyard]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Get A Grip :: - Fiches terminées-
Sauter vers: